Uncategorized

Vacances : Pourquoi aller visiter les folies Montpelliéraines ?

On les appelle « Folies » ou « maisons des champs ». Aux 17ème et 18ème siècles, ce sont de belles demeures que les notables montpelliérains s’offrent à la campagne, à quelques kilomètres de leur hôtel particulier du centre-ville. Architecture raffinée, mobilier inspiré, jardins soignés : elles affichent le goût de leur propriétaire pour l’élégance. Aujourd’hui exploitations viticoles ou maisons-musées, elles ouvrent leurs portes au public.

Visiter l’Hôtel Haguenot

Il faut faire preuve d’un peu d’imagination. Au milieu du 18ème siècle, quand Henri Haguenot, professeur de médecine et conseiller à la Cour des comptes, aides et finances du Languedoc, fait bâtir sa maison de villégiature sur les penses du Peyrou, elle se situe à la campagne. Aux abords immédiats des anciens remparts, on vient certes d’aménager le promontoire rocheux en promenade, mais autour ce sont encore des champs et des oliviers. Le notable se sent à l’étroit dans son hôtel particulier du centre-ville, sombre et sans jardin, non loin de la cathédrale Saint-Pierre. Féru de botanique, il souhaite herboriser. Aussi, quand les pères de l’ordre de la Merci, installés près du Peyrou, lui cèdent pour une somme modique une olivette afin de le remercier de ses soins gracieux, c’est son rêve de maison des champs qui se concrétise. Le clocher de l’ancienne chapelle des religieux de la Merci émerge toujours au fond de la propriété. On le déniche au bout d’une allée, derrière la haie de cyprès et les massifs de lauriers roses qui embaument la terrasse en bosquets. Les jardins d’agrumes et de plantes médicinales ont fait place à un petit parc paysager décoré – et sonorisé ! – de fontaines démesurées. Ainsi, ce buffet d’eau à la verticale, orné de congélations (un motif de stalactites), de cornes d’abondance et d’animaux symboliques comme le dauphin. Un cèdre bicentenaire se déploie devant la villa palladienne conçu par Jean Antoine Giral, architecte en vue qui a signé la place Royale du Peyrou (pour en savoir plus sur les choses à voir et à visiter à Montpellier, rendez-vous sur Le guide Montpellier). Bâtie de plain-pied, la demeure de facture classique largement inspirée par le voyage en Italie de son concepteur, est percée de nombreuses fenêtres pour profiter de la nature environnante. Ne manquez pas la visite de la terrasse astronomique où le savant, amateur de ciel étoilé, aimait s’installer avec ses confrères pour de livrer à de nocturnes observations.

L’Hôtel Haguenot est situé 3 rue Clapiès à Montpellier. La visite de l’hôtel s’effectue sur demande.

Visiter le château de Flaugergues

Le terme « folie » du latin « folia », évoque la feuille et plus largement le foisonnement végétal autour de ces demeures. La plupart disposaient d’un vaste domaine, de quelques dizaines d’hectares, avec une exploitation agricole. C’est le cas du château de Flaugergues, situé à 3km à l’est du centre-ville. Dans le quartier urbanisé du Millénaire, avec ses 32ha de jardins et de vignes, Flaugergues est une oasis de verdure. Son jardin à la française compose un tableau de 10 000 buis ciselés, déroulé devant une gracieuse villa italienne en pierre blonde, ornée de vases Médicis. Ce n’est pas pour rien que le lieu a reçu le label « Jardin remarquable ». Le Château date de 1696 lorsqu’Etienne de Flaugergues, conseiller à la Cour des comptes de Montpellier le fait bâtir sur un domaine viticole. Les vignes du domaine continuent de produire environ 160 000 bouteilles par an. La demeure cache un trésor : un escalier dont les volées sont suspendues et soutenues, ainsi que les paliers par des arcs à clefs pendantes. Il est exceptionnel par sa réalisation sur trois niveaux. Au château de Flaugergues, vous pouvez aussi admirer 5 tapisseries flamandes du 17ème siècle, accrochées dans la cage d’escalier et dans la bibliothèque. Vous y trouverez également du mobilier du 18ème siècle, des tableaux, des porcelaines délicates, des bibliothèques anciennes… Le décor est digne d’un grand musée. Autre point de curiosité, le château de Flaugergues appartient aujourd’hui à Henri de Colbert, descendant d’Etienne de Flaugergues, mais également de Colbert, ministre de Louis XIV. C’est d’ailleurs lui qui vous guidera pour la visite du château. Enfin le domaine propose un jardin botanique luxuriant créé en 1850. Il abrite une riche collection d’espèces exotiques, une bambouseraie, un cocotier du Chili et un feidjoa du Brésil, chacun âgé de 150 ans… Un héritage de l’arrière-grand-père du propriétaire actuel, botaniste, et qui fournissait le jardin des Plantes de Montpellier au milieu du 19ème siècle.

Le château de Flaugergues peut se visiter ainsi que les jardins. Vous pouvez aussi déguster le vin de la propriété. Les visites sont fermées le samedi matin et le dimanche selon la saison.

Visiter le château de l’Engarran

A une dizaine de kilomètres à l’ouest de Montpellier, à Lavérune, le château de l’Engarran s’est entièrement tourné vers la viticulture. C’est la seule « folie » qui témoigne de la tradition viticole dans ses ornements. Sur la façade Sud de la demeure, de taille modeste comparée aux 2 autres folies, on peut admirer des atlantes enlacés de grappes de raisin. Les curiosités ne manquent pas sur ce domaine de 60 hectares. En 1750, Jean Vassal, conseiller comme de nombreux propriétaires de « folies », aux Aides et aux Finances du Languedoc, a fait élever le château au milieu des vignes. Il le fait bâtir sur les fondations d’une métairie acquise en 1632 par Henry d’Engarran, le notable local qui a laissé son nom au domaine. Le goût de Vassal pour l’élégance s’exprime partout : dans la grille monumentale en fer forgé flanquée de deux pins, comme dans les sculptures qui décorent la demeure. Le château est une déclaration d’amour à sa jeune femme, Suzanne Loys de Marigny. Sur la façade Sud, deux aigles enlacés, becs accolés, ne forment-ils pas un cœur ? Sur la façade Nord, plus intime, les agrafes en haut des fenêtres racontent le temps qui passe sur un visage féminin. La jeune fille au visage rebondi, encore timide, qui baisse les yeux, puis la femme mûre, épanouie par la maternité, qui regarde vers l’avenir et enfin la femme dans sa vieillesse, ridée, les yeux tournés vers le passé. Le jardin à la française cascade en terrasses devant le château. Un entrelacs de haies, de buis, ponctué de statues riches en symboles et de larges miroirs d’eau, où se reflète la demeure. Un havre de sérénité sur lequel penchent les grands chênes, tilleuls, marronniers et pins maritimes du parc, grand de 3 hectares. A l’Engarran, l’histoire du château, dans la famille Grill depuis cinq générations, se confond avec celle de la viticulture dans le Languedoc. Actuellement, le domaine viticole de l’Engarran produit 260 000 bouteilles par an. Il a largement œuvré à la reconnaissance des camaïeux du terroir languedocien et a lancé l’Appellation d’Origine Protégée les Grés de Montpellier. Ultime confirmation de la destinée viticole de l’Engarran.

Le château de l’Engarran est ouvert tous les jours, sauf le dimanche en Janvier et Février. La visite guidée du parc et de la demeure extérieure se fait sur rendez-vous. Il est possible de déguster les vins et également de visiter un musée du vin.

Les autres Folies de Montpellier

D’autres « Folies » montpelliéraines existent. Voici une liste non exhaustive :

  • Château de Bionne, édifié en 1685. Situé à Montpellier.
  • Château Bon, édifié en 1694. Situé à Montpellier
  • Château de la Mogère, édifié en 1715. Situé à Montpellier
  • Château de la Mosson, édifié en 1723. Situé à Montpellier
  • Château d’Alco, édifié en 1740. Situé à Montpellier
  • Château d’Ô, édifié en 1743. Situé à Montpellier
  • Château Levat, édifié en 1763. Situé à Montpellier
  • Château de la Piscine, édifié en 1771. Situé à Montpellier
  • Domaine de Biar. Situé à Lavérune
  • Château de la Banquière. Situé à Mauguio
  • Château de Bocaud, édifié en 1624. Situé à Jacou.

La plupart des « Folies » sont aujourd’hui classées ou inscrites aux monuments historiques. Toutes les folies ne peuvent pas se visiter, elles appartiennent pour une grande partie d’entre elles à des propriétaires privées. Pour certaines, elles accueillent un restaurant ou peuvent accueillir de événements comme des mariages ou des séminaires d’entreprise.

Si vous envisagez de passer vos vacances à Montpellier pour visiter les « folies », n’oubliez pas également de visiter le centre de la ville qui regorge de monuments et de trésors architecturaux. Enfin, et pour ne rien gâcher, la ville est située à quelques kilomètres des plus grandes stations balnéaires de la mer méditerranée. Profitez-en pour allier visite du patrimoine et parfaire votre bronzage sur la plage.

Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer