Société

Comment faire reprendre un véhicule de plus de 10 ans ?

En France, un automobiliste change de véhicule en moyenne tous les 5,3 ans. Cette formule permet à plusieurs personnes d’acquérir une voiture neuve ou d’occasion lorsqu’elles en sentent le besoin. La durée d’utilisation d’un véhicule peut varier d’une personne à une autre. Pendant que la moyenne peut garder sa voiture pendant 5,3 ans, une autre partie non négligeable peut faire reprendre un véhicule de plus de 10 ans. Si vous êtes dans ce dernier cas, découvrez dans cet article comment vous y prendre.

En quoi consiste une reprise de voiture ?

La reprise de véhicule est une opération consistant à vendre son véhicule à un professionnel afin d’acquérir une nouvelle chez ce même professionnel. Cette opération d’achat avec reprise vous permet de vendre votre voiture sans aucune procédure préalable. Les formalités de cession à la charge du vendeur sont simplifiées.

https://www.bretagnenet.com/wp-content/uploads/2022/05/65c6899ad7829fb45d1c10953580488f.jpe

En effet, votre concessionnaire se charge d’évaluer et de fixer le prix de l’achat pour que la vente soit conclue au bénéfice des deux parties. Ainsi, vous économisez de l’énergie et gagnez du temps dans votre procédure de reprise. En règle générale, la reprise de véhicule se fait pour des autos de 1 voire 6 ans.

Cependant, de plus en plus de concessionnaires acceptent une reprise d’une voiture de + de 10 ans. Mieux, certains concessionnaires acceptent de reprendre des véhicules en mauvais état. Dans tous les cas, l’état de la voiture est examiné afin de donner une estimation réelle de sa valeur. Cette estimation permet de faire un complément pour acquérir un autre véhicule.

L’acquéreur doit remettre l’ancien véhicule au moment de la livraison du nouveau.

Quelle est la démarche à suivre ?

La reprise d’une voiture de + de 10 ans se déroule en plusieurs étapes. Pour que le processus aboutisse, chacune de ces étapes doit être respectée scrupuleusement.

Le formulaire à remplir

Le remplissage du formulaire est la première étape de la démarche. Il consiste à indiquer les informations relatives à votre ancien véhicule. Vous devrez également compléter le formulaire avec les caractéristiques de cette dernière. Celles-ci sont relatives :

  • au kilométrage ;
  • au type de boîte à vitesses ;
  • à la motorisation.

Vous devez aussi indiquer le montant auquel vous souhaitez céder le véhicule, de même que vos coordonnées.

Lorsque vous aurez fourni tous ces renseignements, un agent pourra prendre contact avec vous afin de discuter de votre projet de reprise. Cet échange aboutira à une prise de rendez-vous au cours duquel il effectuera une inspection poussée du véhicule.

L’estimation de la reprise

Le rendez-vous avec l’agent vise à faire une estimation au plus juste de la valeur de votre voiture. Pour se faire, il se base sur son état extérieur global et mécanique, de même que sur le kilométrage, la finition, les options et la valeur de la côte Argus.

Le montant qui sera proposé à cet effet tiendra compte des éventuels frais de remise en état. Pour le choix de l’agence, optez surtout pour une entreprise de reprise qui vous propose un service de rachat-cash. Cette formule vous dispense de devoir vous occuper des contraintes liées à la revente de votre véhicule.

De plus, vous n’aurez pas besoin de fournir un contrôle de moins de 6 mois comme prévu normalement pour céder une voiture. Toutefois, en venant au rendez-vous, vous devez vous munir des papiers liés à l’historique du véhicule. Il s’agit précisément du certificat d’immatriculation, du carnet d’entretien complet et des factures.

Le certificat d’immatriculation encore appelé carte grise est un document obligatoire lors d’une reprise de véhicule. Tous les types de véhicules en possèdent. C’est le papier d’identité de votre véhicule. Il déclare l’ensemble des caractéristiques techniques ainsi que la date de mise en circulation.

Dans le cadre d’une offre de reprise ferme, le vendeur a l’obligation de barrer le recto de la carte et y apposer la mention « vendue en l’état » sans oublier de préciser l’heure et la date de la cession, de même que sa signature.

En ce qui concerne le carnet d’entretien complet, il permet de vérifier le bon fonctionnement des points de sécurité du véhicule. Il est obligatoire de l’établir avec précision avant la vente du véhicule lorsque la date de la première mise en circulation est supérieure à 4 ans.

Les factures d’entretien quant à elles ne sont pas indispensables. Cependant, elles permettent de faire bonne impression auprès du concessionnaire. Par conséquent, si vous avez l’intention de céder un jour votre véhicule, assurez son entretien pour que le prix ne soit pas trop revu à la baisse lors de la vente.

Quelles sont les autres solutions de reprise ?

Avec les contraintes liées à la circulation des véhicules polluants, de nombreux automobilistes cherchent à se libérer de leur véhicule. En dehors de la reprise de véhicule, vous pourrez recourir à d’autres solutions.

Vendre un véhicule de plus de 10 ans à un particulier

La vente de son véhicule à un particulier est une solution idéale pour faire du profit. Cependant, ce n’est pas la meilleure solution lorsque vous disposez d’un matériel très amorti. Cette alternative convient mieux lorsque le véhicule est encore en bon état.

Pour connaître la valeur de votre véhicule, vous pouvez vous référer simplement à vos besoins réels du moment. Cependant, avec l’évolution de techniques modernes, plusieurs sites internet vous permettent de calculer le prix de votre ancien véhicule.

Sans risque de perdre de l’argent, vous pouvez donc vendre votre véhicule. Pour trouver facilement un nouvel acquéreur à votre véhicule, vous pourrez également baisser la valeur de votre voiture afin de vite la vendre.

Toutefois, la vente de véhicule à un particulier comporte de nombreux inconvénients comme la mise en ligne d’une annonce suivie des images du véhicule, les contraintes administratives ou encore les dérives frauduleuses de la part de l’acheteur.

Faire reprendre son véhicule par un garage ou un concessionnaire

Lorsque votre véhicule est en mauvais état, sa reprise par un garage ou un concessionnaire est la meilleure formule pour tirer profit d’un bien qui ne pourra plus vous servir. Lorsque vous le faites auprès d’une concession automobile, en contrepartie, vous achetez une voiture neuve auprès de cette dernière.

Toutefois, ce n’est pas obligatoire auprès de tous les concessionnaires. Mieux, d’autres encore vous proposent une reprise de véhicule sans engagement. Par conséquent, vous êtes dispensé de l’obligation d’acheter une nouvelle voiture.

Quelle entreprise de reprise de véhicule choisir ?

Le choix de votre concessionnaire pour la reprise de votre véhicule varie en fonction de deux éléments essentiels : la zone géographique et les primes.

Il est important que votre concessionnaire soit à proximité de votre lieu de résidence. Ainsi, cet atout facilitera l’accomplissement des formalités liées à la reprise de votre véhicule.

Pour solliciter le service d’un concessionnaire pour la reprise de votre véhicule, vérifiez s’il propose des primes. En effet, avec les primes, un concessionnaire peut vous proposer le rachat de votre véhicule avec la possibilité d’investissement dans un nouveau. Ainsi, il vous aide à bénéficier d’une prime selon vos besoins.

Il existe plusieurs primes qui sont garanties par l’État. Celles-ci sont octroyées par l’État français en vue d’accompagner les automobilistes dans le renouvellement du parc automobile français. Vous pourrez bénéficier de la :

  • la prime écologie ;
  • la prime à la casse.

La prime écologie est accordée dans le cadre de l’acquisition d’un véhicule moins polluant. Elle vise l’acquisition de véhicules propres. Vous pourrez bénéficier de cette prime dans le cadre d’une reprise de véhicule qui aboutit à l’achat d’une voiture neuve qui émet peu de CO2.

Elle est calculée en fonction du prix et du type du véhicule et est déduite du prix du véhicule par le professionnel automobile. Il peut aussi être remboursé après l’achat d’une nouvelle voiture lorsque vous en faites la demande.

En ce qui concerne la prime à la casse ou prime à la conversion, elle est accessible sans condition lors d’une reprise de véhicule diesel ou essence. Son montant s’élève en moyenne à 2500 euros, mais peut aller jusqu’à 5000 euros. Pour bénéficier d’une prime très élevée, votre revenu fiscal de référence doit être inférieur ou égal 13 489 euros. L’intérêt de cette prime est qu’elle peut être cumulée avec la prime écologie.

Pour prétendre à la prime à la casse, vous devez détruire votre ancien véhicule considéré comme polluant. Il doit aussi vous appartenir et être remplacé par un autre modèle écologique comme l’électrique, l’hybride rechargeable ou le thermique. Vous devez également être majeur et être domicilié en France.

L’éligibilité à la prime à la casse est aussi soumise à des conditions de poids. Que vous disposiez d’une voiture ou d’une camionnette, le poids total autorisé en charge de cette dernière ne doit pas excéder 3,5 tonnes. Par conséquent, les véhicules éligibles sont les véhicules diesel immatriculés avant 2011 et les véhicules essence immatriculés avant 2006.

Pour avoir une idée précise du montant de votre prime à la conversion, vous pourrez utiliser le simulateur disponible sur le site du Ministère de la Transition écologique et solidaire. 

En définitive, la reprise d’un véhicule de plus de 10 ans est possible selon certaines conditions. Il faut s’assurer de bien remplir toutes les conditions pour que le processus suive son cours.

Montre plus

Articles Liés

Fermer