Société

Ouvrir une laverie en Bretagne : la procédure à suivre !

Souhaitez-vous ouvrir une laverie ? Vous faites bien. Mais, il ne faut pas improviser. Comme toute activité, la laverie demande quelques préalables, quelques démarches et certains investissements. La grande question à se poser alors est de savoir comment s’y prendre. C’est à cette question que nous allons répondre dans cet article qui détaille, étape par étape, la procédure à suivre pour réussir votre projet professionnel : les démarches administratives et juridiques à accomplir, le choix de l’emplacement de la laverie, les besoins matériels et humains y afférents, les obligations spécifiques à la profession, etc.

Sécurisez vos droits en accomplissant certaines formalités juridiques et administratives

S’il reste que pour ouvrir une laverie, vous n’avez pas besoin nécessairement d’avoir un profil type et une certaine formation, il n’en demeure pas moins que vous devriez mener des démarches administratives et juridiques. Le but poursuivi est de sécuriser votre activité, le personnel à employer et, dans une certaine mesure, vos clients. Concrètement, il s’agira de :

  • Choisir une forme sociale pour votre laverie ;
  • Rédiger les statuts y afférents ;
  • Rester indépendant ou rejoindre un réseau.

Quelle forme sociale choisir ?

L’entreprise est une entité sociale et économique. Pour ce, il importe de choisir un modèle d’organisation sociale de l’entreprise. C’est l’étape ultime dans la création de votre laverie. Généralement, cette étape se révèle compliquée, fastidieuse au point d’amener certains à précipiter les choses, à défaut d’abandonner. Que cela ne soit pas votre cas. Il vous faut donc consacrer aussi bien du temps que de l’énergie pour un bon choix de la forme sociale de votre laverie.

La loi vous offre à cet effet une pléthore d’option pour vous aider à ouvrir une laverie dans de bonnes conditions.

Au premier abord, vous avez le choix d’opter pour le statut d’entrepreneur ou de commerçant. Le premier statut vous donne droit à des allègements fiscaux, mais sachez néanmoins que ce statut vous impose un seuil maximal de chiffre d’affaires à ne pas dépasser pendant un certain nombre d’années. Cette limitation ne favorise pas l’extension de vos activités et chiffres d’affaires. C’est pour cette raison que nous vous conseillons de préférer la seconde option.

Dans ce dernier cas, tout dépend encore de vous. La loi ne vous impose aucune forme particulière de société. Que vous soyez seul ou à deux et plus à vouloir créer cette laverie, vous pouvez vous orienter vers la création d’une Société à Responsabilité Limitée (SARL), d’une Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU), d’une Société par Actions Aimplifiée (SAS), etc.

Pour sécuriser votre patrimoine personnel, nous vous conseillons de choisir seulement les sociétés de capitaux dans lesquelles la responsabilité des actionnaires est limitée à leurs apports respectifs.

Pareillement, dans votre choix, la main-forte des professionnels tels les notaires, les avocats, les juristes et même les économistes vous sera d’une touche particulière. Il ne faut guère donc hésiter à faire appel à ces derniers pour un choix conforme à vos projets professionnels.

Quid de la rédaction des statuts de la laverie ?

Par statuts, il faut entendre l’acte constitutif de votre société. C’est cet acte qui réglemente le fonctionnement de l’entreprise : les organes sociaux, le montant des apports en capitaux, etc.

Là encore, vous êtes libre. La loi n’impose pas grand-chose si ce n’est quelques exigences minimales. Et lesdites exigences dépendent de la forme sociale choisie. Par exemple, une société anonyme (SA) et une société à responsabilité limitée (SARL) ne sauraient avoir les mêmes organes sociaux. Cependant que pour le reste, il revient aux associés de gérer comme ils l’entendent la société. L’apport d’un avocat peut s’avérera crucial pour vous épargner tout problème éventuel, surtout lorsque les associés ne sont pas sur un même pied d’égalité. Chacun cherche à réaliser de bonnes affaires et pour ce, vous devez protéger vos intérêts personnels.

Seul ou avec d’autres laveries ?

Après le choix de la forme sociale de votre laverie, la rédaction de ses statuts, vous avez un autre choix à faire : soit fonctionner seul en tant qu’indépendant, soit rejoindre un réseau, ce qui est appelé « franchise ».

Chaque choix va avec ses avantages et inconvénients. Cependant que beaucoup recommandent de créer sa laverie en franchise. Dans ce cas, vous rejoignez un réseau déjà connu, d’une grande renommée, doté de stratégies commerciales propres et de savoir-faire qui peuvent vous bien être utiles. Par exemple, la franchise vous permet d’avoir contre redevance les matériels nécessaires pour faire fonctionner votre laverie. Cette option répond bien aux attentes de ceux qui n’ont pas un grand portefeuille pour l’investissement. Ils peuvent donc rejoindre les entrepreneurs réunies au sein des franchises Speed Queen, Aqua Blue ou Wash’N Dry.

La contrepartie de ces avantages, c’est que vous devez suivre l’orientation du groupe. Vous n’êtes plus libre. Par exemple, vous aurez à payer des redevances à la franchise, à lui rendre compte de vos activités, à s’interdire de proposer des services qui ne s’harmonisent pas avec la marque de la franchise, etc.

Pesez donc dans la balance les deux options, en tenant compte de votre profil et de votre positionnement commercial, avant de choisir.

Bon à savoir : Les enjeux sont importants à ce niveau. En effet, la forme sociale de votre entreprise commande le mode de gouvernance de l’entreprise (qui va décider pour qui ?), la sauvegarde de votre patrimoine (vos biens personnels répondront-ils du passif de l’entreprise ou seulement vos apports ?), le régime social des dirigeants (régime des indépendants ou régime général de sécurité sociale), le capital de l’entreprise (qui peut varier indéfiniment), la fiscalité de votre société (impôt sur les sociétés ou impôt sur le revenu), etc.

Le choix du lieu d’implantation de la laverie

Plusieurs facteurs sont à prendre en considération. Entre autres facteurs, nous avons : l’accessibilité, la visibilité de l’emplacement ; les commodités et incommodités des alentours ; la proximité de la clientèle, etc.

Pour une activité économique viable, vous devrez choisir un emplacement situé « sur une montagne », bien visible dans un endroit affluent, un lieu très fréquenté. Par exemple, installer sa laverie à proximité d’une université qui, on le sait, regorge des milliers d’étudiants et étudiantes sera d’un atout pour réaliser de grands chiffres d’affaires.

Évitez de vous installer près d’une laverie concurrente. Mais vous pouvez passer outre ce conseil si, dans le quartier choisi, la demande semble être élevée alors que l’offre se révèle insuffisante. De plus, vous n’avez rien à craindre si vous êtes sûr d’offrir des services à même de concurrencer l’autre laverie.

En sus, puisque certains contrats de bail prévoient des clauses dites de bourgeoisie, c’est-à-dire qui interdisent l’exercice d’une telle activité commerciale à l’intérieur du local loué, il vous faut être vigilant. Le recours à un conseil peut être utile pour proposer à tous (bailleur et locataire) un contrat qui répond aux attentes de deux parties.

Les besoins humains et matériels nécessaires à la création d’une laverie

Les besoins matériels nécessaires à la création d’une laverie sont entre autres le local, du lave-linge (8 à 10), du sèche-linge (4 à 5), des distributeurs lessive, des paniers, des lessives, des assouplissants.

Quant aux besoins humains, il faut noter que l’automatisme des machines vous dispense d’une main-d’œuvre abondante et donc, de dépenses faramineuses. Les machines font la grande partie des activités. Cependant, vous aurez besoin de ressources humaines qualifiées pour entretenir le local, faire les réparations nécessaires, accueillir la clientèle, etc.

Que faire pour équiper la laverie ?

Si pour la création de votre laverie, vous avez préféré l’option « franchise », vous n’avez rien à craindre. C’est le franchiseur qui vous fournit le matériel nécessaire, contre bien sûr des redevances.

À défaut, il vous faut un investissement important. Il peut être de 20 000 à 150 000 euros en fonction de la localité. Pour trouver cet investissement, il est possible de recourir à un crédit-bail échelonné sur 4 à 5 ans auprès des établissements financiers ou un emprunt auprès de sa banque. De façon pragmatique, l’établissement financier paie le matériel à votre place et vous, vous payez l’investissement réalisé suivant un calendrier défini. Après quoi, le matériel revient dans votre patrimoine.

Pour un investissement juste, considérez les conditions d’emprunt (taux d’intérêt, le calendrier de remboursement, etc.) que vous proposent les établissements financiers et faites un bon choix.

Les obligations particulières inhérentes à la laverie

Comme toute activité, l’exploitation d’une laverie automatique est soumise à des conditions très strictes posées par loi.
Ainsi :

  • Il vous faut afficher dans un endroit visible les prestations que vous offrez très clairement, les tarifs qui vont avec, de même que certains suppléments (l’ajout de lessive ou l’ajout d’assouplissant).
  • Il importe de mettre à la vue de tous des informations qui concernent les machines employées. En effet, à chaque machine doit être associée une déclaration de conformité du fabricant de la machine (Fédération professionnelle des pressings et blanchisseries). Pour ce, il vous revient d’attester le bon fonctionnement des dispositifs de sécurité desdites machines.
  • Il vous faut, dans l’intérêt des consommateurs, apposer une affiche qui retrace les observations, les avertissements du fabricant de manières lisible et visible et un numéro à appeler pour signaler toutes éventuelles anomalies de fonctionnement des machines.

Depuis le 1er juillet 2012, il est également du devoir de l’exploitant d’une laverie automatique d’apposer dans son emplacement un logo de surveillance parentale.

Quelques conseils de marketing

Adoptez un plan de marketing personnel pour fidéliser vos clients. Par exemple, vous pouvez mettre en place une stratégie communicative pour permettre un dialogue fluide avec vos clients (numéro, boîtes de lettres, etc.).

Par ailleurs, en fonction de la demande, vous pouvez accorder des réductions aux clients les plus fidèles. Estimez en chiffres toutes les options avant de les réaliser au risque de baisser la tête après. Tout est permis, mais tout n’est pas utile.

Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer