Bretagne

La guerre de Sarajevo : que doit-on retenir de ce conflit ?

La Première Guerre mondiale reste de nos jours un évènement marquant dans l’histoire de l’humanité. Et comme tout autre évènement historique, elle a eu ses débuts, des éléments déclencheurs qui ont ensuite suscité l’intérêt des belligérants à faire la guerre. On parlera notamment de la guerre de Sarajevo. Mais que doit-on retenir de ce conflit ?

28 juin 1914 : une date clé dans la guerre de Sarajevo

Le 28 juin 1914, un jeune nationaliste serbe du nom de Gavrilo Princip assassina François-Ferdinand et sa femme à Sarajevo. Il s’agissait de l’hériter au trône promu par l’empire austro-hongrois. 

Cet assassinat déclencha par la suite la fureur des belligérants et se succéda par plusieurs déclarations de guerre.

En effet, le 1er aout de cette même année, l’Allemagne déclare officiellement qu’il est en guerre avec la Russie. Deux jours plus tard, le 3 août, il lance également une déclaration de guerre officielle à la Belgique et la France. Allié de l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie se bat à ses côtés en déclarant la guerre à la Russie. La France de son côté se met en guerre avec l’Autriche-Hongrie…

Les Alliés se constituent petit à petit et commencent à contre-attaquer. Le 31 juillet 1914, une figure respectée du pacifisme français, Jean Jaurès fut assassiné. Cet évènement affirme une fois de plus la participation de la France à la guerre. D’ailleurs, sa mort a allumé le désir de vengeance dans le cœur des patriotes et des partis politiques français conduisant à l’Union sacrée. Une mobilisation générale suivie d’une réquisition des biens matériels s’en suivent pour fournir les compléments de guerre nécessaires aux armées. 

Il n’est jamais facile pour une famille de devoir se quitter, encore moins quand il s’agit de partir en guerre. Mais à l’époque, tous pensaient que la guerre ne s’étalerait que sur quelques mois au plus tard un peu avant Noël. Pourtant, l’histoire en a voulu autrement, la Première Guerre mondiale ne s’est terminée qu’en 1918, après 4 ans de guerre. Cette fiche vous donnera plus amples détails sur la guerre de Sarajevo

Les dates clefs à mémoriser

L’histoire ne peut se séparer des dates clefs qui nous rappellent les évènements marquants à retenir.

Dans le cas de la guerre de Sarajevo, on retiendra particulièrement ses 3 dates principales :

  • 5 octobre 1908 : l’Empire d’Autriche-Hongrie annexe tous les territoires d’Herzégovine et de Bosnie dont Sarajevo fait partie. Cet acte autoritaire souleva les habitants en Russie et en Serbie pour conduire des manifestations populaires dans tout le pays. 
  • 28 juin 1914 : six ans plus tard après la conquête du territoire de Sarajevo par l’Autriche-Hongrie, Gavrilo Princip passe à l’action et assassine François-Ferdinand et son épouse. 
  • 4 juillet 1914 : le ministre austro-hongrois des Affaires étrangères veut en finir avec l’agitation des Serbes. Après avoir réuni toutes les preuves impliquant ces derniers dans l’attentat de Sarajevo, il envoya à l’instant un émissaire en Allemagne pour en faire part à l’empereur Guillaume II et obtenir son soutien. 

Le 30 et 31 juillet 1914, la Russie et l’Autriche-Hongrie se mobilisent successivement conduisant à des déclarations de guerre de plus en plus justifiées du 1er au 12 août 1914. Le 23 août 1914, le Japon se range du côté de la France et des Serbes en déclarant la guerre à l’Empire allemand

Les repères chronologiques de la Première Guerre mondiale

L’attentat de Sarajevo ne peut se séparer de l’histoire de la Première Guerre mondiale. Et dans ce sens, la guerre de Sarajevo se lie étroitement aux dates marquantes de la Première Guerre mondiale, dont les suivants :

  • Août 1914 : le début de la guerre mondiale après la mobilisation des ressources et les déclarations de guerre intensifiées ;
  • 1915 : le début de la guerre des tranchées ;
  • 1916 : la bataille de Verdun causant 200 000 morts ;
  • Avril 1917 : Les États-Unis se mobilisent pour apporter son aide ;
  • Octobre 1917 : la révolution bolchévique ;
  • Mars 1918 : la paix de Brest-Litovsk ;
  • 11 Novembre 1918 : l’empire allemand signe l’armistice pour mettre fin à la guerre ;
  • 1919 : la création de la Société des Nations ou SDN.

Que retenir de la mobilisation générale en 1914 ?

Pour qu’une guerre puisse être menée dans les meilleures conditions, les soldats ont besoin du maximum de renfort. Durant la guerre de Sarajevo, la mobilisation générale se fait entendre dans tout le pays en 1914. 

En effet, l’attentat de Sarajevo réveilla une mobilisation généralisée en France, en Autriche-Hongrie, en Allemagne, en Belgique et en Russie.

Aujourd’hui, vous pouvez consulter de nombreuses archives cinématographiques dans les musées dédiés à la Première Guerre mondiale. Ces documents montrent surtout la mobilisation des transports, des armes et des vivres par les armées. 

Une mobilisation importante des animaux de trait

Durant la guerre de Sarajevo, les armées se nourrissent surtout des ressources mobilisées dans le pays. Les fermes se vident alors petit à petit de ses vivres et ses animaux de trait. Mules, mulets, bœufs et chevaux quittent les champs de culture pour se poser derrière les canons

Zoom sur « Le browning » et Jean Jaurès

La guerre de Sarajevo raconte à ses débuts l’assassinat de François-Ferdinand par Gavrilo Princip. C’est pourquoi l’on s’intéresse surtout à l’arme que ce jeune serbe utilisa et à l’histoire de Jean Jaurès, le grand pacifiste assassiné à son tour en France avant la Première Guerre mondiale

L’arme du crime : un browning

Une arme de guerre et arme de police très sollicitée au début du XXème siècle, le browning est l’arme du crime que Gavrilo a choisi pour tuer Jean-Ferdinand.

Militant indépendantiste, il faisait partie du groupuscule « Jeune Bosnie », une organisation secrète dirigée par des personnes serbes au pouvoir, notamment le chef de la police à l’époque. Cette organisation voulait surtout créer une union de Slaves dans le Sud. Ce sont très certainement les valeurs serbes non respectées par les militants Autriche-Hongrois qui ont poussé notre jeune serbe à passer à l’acte. 

Le Browning est en principe disponible sur un catalogue promu par la Manufacture d’Armes de Saint-Étienne pour environ 45 francs.  

Jean Jaurès, une figure emblématique pour la France

Une figure emblématique pour la France, Jean Jaurès était de son vivant un grand homme pacifiste du XIXe siècle. Il est connu auprès des patriotes comme étant l’un des dirigeants les plus méritants du pays en mettant en priorité la défense du territoire français et ses outres-mers. Et pour mieux protéger son pays, il a tout fait pour éviter les conflits, mais opte plutôt pour une organisation militaire renforcée. Malheureusement, à la suite de l’attentat de Sarajevo, il fut assassiné le 31 juillet 1914 par Raoul Villain

Durant ses obsèques le 4 août 1914, de nombreux partis politiques présents rassemblent leur force pour mettre en place l’Union Sacrée. 

Des souvenirs conservés au musée

Les musées sont faits pour conserver les souvenirs du passé et raconter l’histoire aux descendants des siècles à venir. À la recherche des traces qui ont conduit à l’attentat de Sarajevo, l’État de Bosnie-Herzégovine a retrouvé l’arme du crime à l’intérieur d’un mouchoir de poche. Aujourd’hui, cette arme fut parfaitement conservée dans un musée situé à Obala Kulina Bana anciennement connu sous le nom de « quai Appel ». 

Et en plus de l’arme, le musée conserve également des objets personnels appartenant à Gavrilo Princip, les journaux de l’époque et des armes diverses très utilisées durant la Première Guerre mondiale. 

Le siège de Sarajevo de 1992 à 1995

L’attentat de Sarajevo est bien loin d’être le seul évènement marquant dans le pays. En effet, de 1992 à 1995, une nouvelle guerre orchestrée par l’armée serbe éclate refusant systématiquement l’indépendance de Bosnie-Herzégovine. Pendant trois ans, la capitale Sarajevo fut encerclée durant laquelle bombardements et tirs de snipers se font entendre dans toute la ville. 

Pour éviter que la guerre ne se propage de nouveau, les forces de l’ONU interviennent en bombardant à leur tour les combattants serbes qui sèment le trouble. Les combats sont alors arrêtés en 1995 à l’issue des accords de Dayton passés. 

Quelles sont les conséquences de cette guerre ?

Contrairement à l’attentat de Sarajevo en 1914 entrainant la Première Guerre mondiale, le siège de Sarajevo de 1992 s’est finalement arrêté par la signature d’un traité. Néanmoins, les conséquences économiques et sociales qui ont pesé sur le pays sont nombreuses et lourdes. On recense notamment : 

  • près de 12 000 morts et 50 000 personnes blessées ;
  • plus de 40 000 bâtiments complètement détruits : écoles, hôpitaux, bibliothèque nationale, Parlement…

Avant le conflit, Sarajevo comptait près de 500 000 habitants. Après le conflit, on n’en compte plus que 250 000 habitats, soit la moitié de la population originelle. Aussi, la ville a connu une perte de diversité côté ethnique étant donné que les Serbes bosniens restants ne représentent plus que 10 % de leur nombre en 2000. 

Aujourd’hui encore, les blessures du passé se font ressentir quand on entre dans la ville de Sarajevo.

Et bien que le calme y règne désormais, les souvenirs du passé racontés dans les musées à proximité rappellent les évènements forts que le peuple a dû affronter à une certaine époque. 

Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer