Idées

Optimiser l’étanchéité de sa plomberie : Quel type de joints privilégier ?

Dans le domaine de la plomberie, l’un des objectifs est sans doute la réalisation des installations qui seront surtout à l’abri de toute sorte de fuites. C’est d’ailleurs le souhait de toute personne pour son appartement. Il faut tout de même avouer qu’il n’est pas toujours facile de le faire. Toutefois, notons qu’il existe bien des façons pour réaliser l’étanchéité de sa plomberie. Dans cet article, retrouvez l’essentiel à savoir sur les types de joints à privilégier pour l’optimisation de sa plomberie.

Qu’est-ce qu’un joint en plomberie ?

Pour mettre l’installation de plomberie à l’abri d’éventuelles fuites, l’artisan professionnel a recours au joint. Le joint en plomberie désigne cette pièce maîtresse de forme circulaire, placée à l’extrémité d’une tuyauterie et qui empêche toute fuite de liquide ou de gaz. Le joint est placé au moyen d’un lubrifiant spécifique. Il protège l’installation contre toute forme d’influence externe pouvant causer une fuite. Il assure l’étanchéité de la plomberie.

Les différentes catégories de joint de plomberie

Que ce soit en plomberie ou en chauffage, les joints sont des dispositifs indispensables qui garantissent l’étanchéité non seulement des raccords mécaniques, mais également des systèmes d’obturation. Ainsi, sur le marché, il existe une gamme variée de joints, ce qui rend généralement le choix difficile quand il est question de l’optimisation de la plomberie de sa maison. En effet, il existe différents types de joints, et ceux-ci se différencient les uns des autres à travers non seulement leur forme et leur couleur, mais aussi à travers leur diamètre. Il est aussi important de noter que généralement pour chaque tâche, il existe évidemment un joint approprié. Il y a :

  • Le joint CSC (Caoutchouc Synthétique Cellulose) ;
  • Le joint en fibre vulcanisée ;
  • Le joint pour gaz bleu aramide ;
  • Le joint plat en caoutchouc ;
  • Le joint torique en caoutchouc.

Dans cette suite, il serait question d’exposer les différents joints les plus connus et aussi les plus utilisés.

Les joints faits de fibre vulcanisée

Il s’agit des joints dont l’usage est très fréquent, notamment pour les raccords, à travers un serrage mécanique, c’est-à-dire en utilisant un outil. Les joints en fibre vulcanisée sont des accessoires qui sont généralement de couleur rougeâtre. Ils sont fréquemment utilisés pour diverses installations de plomberie, notamment sur l’eau chaude, l’eau froide, et également sur le chauffage. Il s’agit ici des joints d’entrée de gamme, qui sont surtout adaptés essentiellement pour une température qui va jusqu’à environ 80 ° C. Il y a aussi des joints en fibre vulcanisée qui ont un aspect étroit. Notons que ceux-ci sont souvent utilisés quand il s’agit d’assurer l’étanchéité de la robinetterie.

Qu’en est-il des joints en PTFE ?

Ce sont des joints dotés spécifiquement d’une excellente résistance chimique comme le joint en EPDM. Cette résistance s’étend presque à tous les produits chimiques. Les joints peuvent résister à une température allant jusqu’à plus de 250 °C et jusqu’à 100 bars en ce qui concerne la pression. Par ailleurs, il est convenable de retenir qu’ils ont également une durée de vie assez élevée.

Les joints CNA pour l’eau potable

Les joints CNA sont de haute qualité, et il faut noter qu’ils sont la solution idéale pour des raccordements qui sont à risques. Il s’agit par exemple des installations qui sont soumises non seulement aux différentes vibrations, mais aussi à de fortes pressions. C’est ainsi qu’ils peuvent subir une pression allant jusqu’à 100 bars.

Les joints CSC pour l’eau potable

Encore appelés « joints rouges », les joints CSC sont composés non seulement de matériaux qui sont conçus à base de fibres cellulosiques, mais aussi d’un liant élastomère (caoutchouc artificiel) NBR. Il faut noter surtout que ces joints sont équipés d’un excellent serrage mécanique essentiellement pour les différents circuits d’eau chaude ou d’eau froide. Ces joints sont aussi pratiques quant à leur utilisation pour des circuits de fioul, d’huile ou même d’air.

Les joints CNK pour le gaz

Ils sont composés de liant élastomère et de Kevlar sans amiante. Que doit-on savoir à propos du Kevlar ? L’essentiel à retenir est qu’il s’agit d’une fibre aramide dont l’usage est assez fréquent dans les hautes technologies. Notons aussi qu’elle dispose non seulement des caractéristiques impressionnantes, mais aussi d’une excellente résistance en ce qui concerne la température.

La faiblesse de la compression du CNK permet en réalité de réaliser un bon serrage mécanique.

Par ailleurs, l’élasticité du CNK est une qualité d’optimisation de l’étanchéité de la plomberie. Que ce soit pour la vapeur, le gaz, l’eau, les hydrocarbures ou tout autre élément, les joints CNK peuvent être utilisés. Notons aussi que ces accessoires sont en mesure de résister à une température allant jusqu’à 400 °C, et jusqu’à 100 bars pour ce qui concerne la pression.

Les joints plats faits en caoutchouc

Ces types de joints sont souvent réservés essentiellement pour l’étanchéité des emballages faits en plastique. C’est le cas des raccordements de jardin, du PVC, du tuyau de machine à laver et bien d’autres. À ceux-ci, on peut ajouter aussi les raccordements manuels. Il est important de noter qu’on ne les utilise pas quand il est question de serrer fortement deux raccords métalliques. En effet, pendant le serrage, on remarquera sans doute que le joint tournera au même moment que le raccord. Il est même possible qu’il se coupe et s’échappe à travers les canalisations en créant une obstruction.

Que savoir à propos des joints toriques faits de caoutchouc ?

Ce qu’il faut retenir à propos de ces types de joints est qu’ils sont essentiellement utilisés quand il est question de l’étanchéité des différentes pièces de robinetteries. Pour plus d’efficacité, il faut comprendre les différentes normes en la matière.

Optimisation de l’étanchéité de sa plomberie

La caractéristique qui doit être mise en exergue ici est relative aux procédés par lesquels on peut avoir une plomberie idéalement étanche en tenant compte du type de raccord. Pour y arriver, il est possible de faire appel à son plombier pour avoir son aide. Toutefois, il faut noter qu’il existe plusieurs types de raccords. Il y a notamment :

  • Les raccords à portée conique ;
  • Les raccords qui sont à portée plate ;
  • Les raccords qui sont sans portée ;
  • Les raccords équipés de tube encastré.

La réalisation de l’étanchéité sur les raccords à portée plate

Elle se fait sur les parties mâles et femelles de chacun des raccords. Pour la procédure, il suffit d’insérer un joint plat spécifiquement entre les deux portées afin de pouvoir réaliser l’étanchéité souhaitée. Il faut remarquer que la matière avec laquelle les différentes portées sont faites importe peu. Il y a par exemple :

  • Les matières en plastique ;
  • Les matières en acier galvanisé ;
  • Les matières en laiton ;
  • Les matières en acier noir ;
  • Les matières en cuivre.

Toutefois, il faut remarquer que le choix des différentes matières est fait en tenant compte du fluide en présence.

La réalisation de l’étanchéité sur les raccords à portée conique

D’abord, il faut noter que ces raccords sont indispensables quand il est question de l’installation de fioul. Ici, l’étanchéité est souvent réalisée sur la portée conique à la fois des parties mâles et femelles dudit raccord. Contrairement aux raccords à portée plate, il n’est pas requis d’insérer obligatoirement un joint. En effet, le contact est déjà établi entre les deux portées en métal. Il peut s’agir des portées en acier galvanisé, en laiton ou même en acier noir. Par contre, il est préférable de mettre de la pâte à joint, notamment sur chacune des portées. Ce qui permettra non seulement de faciliter la réalisation des différentes opérations de montage, mais aussi celles de démontage, sans oublier bien sûr l’étanchéité. Cependant, il est toujours recommandé de faire appel à son plombier en cas de problème. Dans ce contexte et pour faire le meilleur choix, il importe de connaître les astuces pour dénicher le bon.

La réalisation de l’étanchéité sur les raccords sans portée

Avec les raccords sans portées, il faut retenir que la réalisation de l’étanchéité se fait spécialement pendant le filetage. La procédure est simple. D’abord, il faut recouvrir toute la partie mâle à l’aide de matière molle. Après, on effectue le vissage dans la seconde partie, la femelle. La matière molle à utiliser peut être par exemple de la filasse, de la pâte jointe, un quelconque produit chimique qui se rapproche de la résine ; il peut aussi s’agir du téflon. De toutes les façons, le choix de matière doit nécessairement tenir compte du fluide dont il est question.

La réalisation de l’étanchéité sur les raccords avec tube encastré.

Avec ce type de raccord, il faut noter que l’étanchéité se fait à partir d’un joint, qu’il soit conique, plat ou même torique. Pour bloquer le tube dans le raccord et dans le même temps intensifier l’étanchéité, on insère entre l’écrou et le joint une rondelle à dent.

Des conseils pour optimiser l’étanchéité de la plomberie de sa maison

La réalisation de l’étanchéité de la plomberie de son appartement n’est pas toujours simple à faire. Toutefois, elle requiert nécessairement la prise en compte de certains éléments. En effet, la première chose est de penser à l’utilisation des joints de qualité. Bien que le joint soit un accessoire de petite taille, il faut noter qu’il s’agit d’un élément nécessaire quant à l’étanchéité de la plomberie d’une maison. En général, l’ensemble des raccords de tuyauterie requiert l’usage d’un joint.

De même, il est important de bien choisir ses raccords. Sur le marché, il en existe une multitude de modèles, mais le choix se fait en fonction des travaux ou de la tâche à réaliser. C’est pourquoi il est recommandé de prendre le temps qu’il faut pour choisir ses raccords.

Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer