L'Affaire Seznec : Traou-Nez



Géographie | La Marie-Ernestine | Suite | Sommaire


Carte région de Traou-Nez

Géographie

Traou-Nez est situé sur le territoire de la commune de Plourivo, dans les Côtes d'Armor, à proximité de Paimpol.

C'est un domaine d'environ 90 hectares, au sein d'un des plus grands massifs forestiers du nord Bretagne : le massif de Penhoat-Lancerf. Le manoir domine l'estuaire du Trieux, rivière soumise à marée (aber) : la mer y pénètre et s'y retire deux fois par jour.

L'accès à la propriété est difficile : il faut emprunter un long chemin étroit, sinueux et escarpé. Le manoir est isolé : par ce chemin, la maison la plus proche est située à environ 5 kilomètres (Penhoat).
Le village de Lancerf (où Alain Barbe Torte aurait vaincu les Normands) n'est qu'à un kilomètre, par la mer ou par la voie ferrée qui passe dans la propriété et longe le Trieux.

Au début de l'Affaire Seznec, Traou-Nez appartient à Pierre Quemeneur. Guillaume Seznec s'est engagé à l'acheter : les deux hommes ont signé une promesse de vente.

Aujourd'hui les rives du Trieux forment un site protégé. Le massif forestier et la propriété appartiennent au Conservatoire National du Littoral.


La Marie-Ernestine

La Marie-Ernestine est une gabare de Pontrieux. Fin mai 1923, elle drague du sable dans le Trieux. Elle attend la marée à la hauteur de Traou-Nez. La propriété est éclairée. L'équipage est surpris d'y voir du monde : Pierre Quemeneur n'y vient que peu souvent. Y fête-t-on les noces de la fille du gardien de la propriété ?

Manoir de Traou-Nez Vers une heure du matin, les hommes d'équipage entendent des coups de feu à plusieurs reprises. Du manoir, ils sont interpellés par une femme accompagnée d'hommes. Mais ils ne répondent pas : mieux vaut ne pas se mêler des affaires des autres. Ils n'en parlent pas non plus jusqu'à ce que le procès s'ouvre.

Au café, à Pontrieux, les langues se délient. On les incite à aller voir la justice.
Ils font leur déclaration au juge Hervé, juge de Paix à Pontrieux. Il mène l'enquête, se rend sur les lieux et transmet son rapport à son supérieur hiérarchique.
Le Conseiller Pierre Quemeneur a-t-il été tué à Traou-Nez ? Cette piste, tardive et peut-être gênante, n'est pas suivie par les juges chargés de l'Affaire Seznec. Il n'y est pas fait allusion durant le procès.

Le juge Hervé quitte la magistrature en 1930.
L'année suivante, il s'intéresse de nouveau au dossier. Il fixe avec précision la date où les coups de feu ont été entendus : dans la nuit du 27 au 28 mai 1923, soit deux jours après la disparition de Pierre Quemeneur, alors que Guillaume Seznec est sur la route du retour. Ce ne peut donc être lui l'assassin !

Le juge Hervé s'accroche à la piste de Plourivo, entame un long combat. On découvre par la suite :


En 1996, le fils de l'adjudant de gendarmerie qui a dirigé en 1953 des fouilles à Traou-Nez, retrouve des photographies d'un crâne. Où est passé le procès-verbal 674 qui relate ces investigations ?

Bien sûr, aucun de ces témoignages n'est retenu par les enquêteurs, et ces informations sont tenues secrètes de l'inculpé et de ses défenseurs.



Liens vers d'autres sites



Géographie | La Marie-Ernestine | Suite | Sommaire


Page réalisée par Claude DEVRIES et mise à jour le 12 mars 1998