Guy Eder de Beaumanoir
Baron de La Fontenelle

 

Fait saillant de l'histoire de PONT-CROIX : il faut surtout citer les désordres de la Ligue. 

A la fin du XVIème, les guerres de religions ensanglantaient la France.

Un jeune gentilhomme de Quintin (CÔTES D'ARMOR), Guy Eder de Beaumanoir Baron de La Fontenelle , s'enrôla sous la bannière du Duc de Mercoeur, beau-frère du Roi HENRI III et Gouverneur de Bretagne.

A 17 ans, il commanda déjà 3000 hommes. Mais bientôt, la lutte contre les Huguenots, assez peu présents en BRETAGNE, ne fut plus qu'un prétexte et LA FONTENELLE devint un vulgaire chef de brigands redouté et dont le surnom " AR BLEIZ" (le loup en breton) semait la terreur.

Après avoir écumé la Haute Bretagne, il fondit vers 1595 sur la Basse Cornouaille, s'installant à l'île Tristan devant Douarnenez. Il en fit un camp retranché fort d'une garnison de 700 à 800 soldats.

Vers 1597, LA FONTENELLE, dépité de ne pas avoir conquis Quimper et devant le refus de PONT-CROIX de lui payer tribut, monta une expédition punitive sur cette dernière cité, profitant du peu de défense de la ville et de l'absence du Seigneur de Rosmadec, à l'époque Gouverneur de Dinan (CÔTES D'ARMOR).

Après avoir mis en déroute les paysans qui s'y étaient réfugiés, ainsi que les habitants, ou assassiné ceux qui n'avaient pu s'enfuir, les soudards envahirent et pillèrent la ville. Celle-ci la veille était d'ailleurs en fête ; en effet le Capitaine de la Place , LA VILLEROUAULT épousait Yvonne de KERBUZULIC.

Les notables devant les exactions commises par les soudards de LA FONTENELLE se refugièrent dans l'église avec leurs biens les plus précieux. Accompagnés du Recteur Jean LE COSQUER et de LA VILLEROUAULT et son épouse, ils se replièrent dans la tour que son accès par une petite porte très étroite rendait inexpugnable. Les premiers assaillants furent très aisement refoulés. Devant cette résistance, LA FONTENELLE et son Lieutenant LA BOULLE, les firent enfumer en brûlant des genêts verts dans l'escalier. Au cours d'un semblant de parlementation, il leur promit " vie et bagues* sauves ".

LA VILLEROUAULT céda et fit alors descendre les assiégés qui furent alors saisis dès leur sortie et massacrés ou pendus.

Le recteur Jean LE COSQUER et LA VILLEROUAULT furent pendus, d'autres furent emmenés à l'île Tristan puis libérés moyennant rançon ou bien torturés et mis à mort.

D'abord amnistié par HENRI IV qui tolérait aisément les moeurs de la soldatesque, LA FONTENELLE fut poursuivi sur plainte de la famille de LA VILLEROUAULT auprès du Parlement de Bretagne et jugé à Paris.

Condamné au supplice de la roue, il fut exécuté en Place de Grève le 27.09.1602.
Il n'avait pas 28 ans.

L'épée du brigand Guy-Eder de Beaumanoir, Seigneur de LA FONTENELLE fait maintenant partie du circuit de visite des collections permanentes au Musée départemental Breton à Quimper.

* bague : bagages et donc les biens qu'ils peuvent contenir