BretagneCulture

Le Mont-Saint-Michel : breton ou normand ?

Pour les Normands, cela ne fait l’ombre d’aucun doute : le Mont-Saint-Michel est normand. Pour les Bretons, l’avis contraire est défendable avec la même vigueur : le Mont-Saint-Michel ? Il est évidemment breton. Et vous, qu’en pensez-vous ? Avant de faire de vous le juge entre les Normands et les Bretons, suivez ce dossier pour vous replonger dans la querelle millénaire qui a fait passer le mont tantôt en Normandie, tantôt en Bretagne.

Au commencement était le culte druidique

Il y a bien longtemps que le Mont-Saint-Michel est un lieu de haut intérêt. Pendant l’Antiquité, les Abrincates venaient déjà y faire un culte druidique. Il s’agissait d’une peuplade gauloise vivant au Cotentin. Cependant, au IXe siècle, la péninsule du Cotentin et les îles Anglo-normandes furent cédées par le roi Charles le Chauve au roi Salomon de Bretagne. C’est ainsi que le mont Saint-Michel a intégré le territoire breton.

Le fleuve Couesnon, l’autre source de la confusion

Ce qui rendit la délimitation moins aisée cependant, c’est le fleuve Couesnon qui autrefois marquait la frontière entre le duché de Bretagne et celui de la Normandie. En Bretagne, on veut croire que le cours du fleuve a pu changer un jour et qu’autrefois, il allait au-delà du mont. C’est ce qui donna vie au dicton breton que voici :

  • « le Couesnon dans sa folie a mis le Mont en Normandie » ; les plus optimistes ou les plus naïfs ajoutent parfois que
  • « le Couesnon, dans sa raison, le rendra aux Bretons ».

Et le mont fut consacré à un autre culte

En 709, Monseigneur Aubert l’évêque du diocèse d’Avranches (relevant de la Normandie d’alors) dit avoir vu en songe le Chevalier Ailé, c’est-à-dire l’Archange Saint-Michel. Il lui fit construire une modeste chapelle sur un rocher qui s’appelait Mont Tombe, c’est ce rocher qui prendra le nom de Mont Saint-Michel. Deux siècles plus tard, des moines bénédictins normands ainsi que des constructeurs et architectes envoyés par le duc de Normandie entreprirent de construire une abbaye sur les lieux. En vérité, Richard 1er avait voulu y implanter des moines pour éviter que le mont ne subisse quelque influence bretonne. Ces bénédictins étaient d’ailleurs venus s’installer en lieu et place d’autres religieux qui semblaient avoir trop de liens avec le comte de Rennes.

Ainsi, si l’on considère les moines et les architectes qui ont travaillé à la construction du lieu, le Mont-Saint-Michel est bien normand. D’ailleurs, les années qui suivront verront la Normandie établir entièrement sa domination sur les régions du mont. Richard II ira même jusqu’à imposer un abbé aux bénédictins de l’abbaye en 1009. Après lui, Robert 1er n’en fera pas moins, et étendra les frontières de l’Avranchin jusqu’au Couesnon, ce qui plaça définitivement le Mont en territoire normand. La riposte de la Bretagne sera sanglante : les soldats bretons, sous le commandement du Duc de Bretagne, Guy de Thouars, ont saccagé et incendié l’abbaye au début du XIIIe siècle.

Au-delà de tout, le mont est un site touristique de renom

Le mont est avant tout aujourd’hui un site touristique attirant un grand nombre de personnes, avec une moyenne de 12 000 visiteurs par jour. Ce chiffre peut grimper jusqu’à 16 000, notamment pendant la période estivale et au printemps. C’est le deuxième monument le plus visité en France.

C’est vers la fin du XIXe siècle que le mont a acquis sa forme pyramidale actuelle, grâce à la flèche en cuivre et la sculpture de Saint Michel s’élevant désormais au-dessus de 160 mètres par rapport au niveau de la baie. Grâce aux travaux de l’architecte Dietmar Feichtinger, il est aujourd’hui possible de se rendre au Mont par de nouveaux ouvrages d’accès.

En définitive, le Mont-Saint-Michel demeure aux yeux de tous la « Merveille de l’occident » dressant son pic granitique au loin, près de l’embouchure Est du fleuve Couesnon. Aujourd’hui, c’est un monument classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est un chef-d’œuvre architectural qui, depuis toujours, a attiré touristes et pèlerins. L’on ne peut que vous recommander de vous rendre sur les lieux, pour savourer la beauté du mont que domine la majestueuse sculpture de Saint-Michel, avec une flèche dont le bout se noie là-haut dans la brume et les nuages.

Montre plus

Erwan

Un vrai Breton ! J'habite Brest et je suis issu d'une famille très attachée à la Bretagne. Avec mon frère, nous avons décidé de lancer ce site d'actualité mettant en avant notre belle région !

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close