BretagneEconomie

Économie de la Bretagne : bref aperçu

La Bretagne maintient sa position dans les secteurs de l’agriculture et de la pêche tout en développant une industrie performante autour de quatre domaines d’activités phares que sont l’agroalimentaire, les télécoms, l’automobile, la construction navale. Un essor considérable est également noté dans le secteur des services.

Rare région française à avoir continué la création d’emplois ces dernières années, la Bretagne présente un taux de chômage inférieur à celui de la moyenne nationale, soit 8.6 % contre 9.8 % en France. Des 1,46 million de personnes actives en 2012, l’agriculture et la pêche ne rassemblent plus que 4.5 %, l’industrie en occupe 14 % et la construction 7 %. Le secteur tertiaire constitué par le commerce et les services représente 74 % des emplois. Outre l’implantation des grands groupes français et étrangers, la Bretagne est caractérisée par un tissu dense de petites et moyennes entreprises avec un produit intérieur brut (PIB) de 89.5 milliards d’euros en 2014. Elle devient ainsi la septième région française pour la richesse créée par son activité économique. Découvrez les différents secteurs qui animent l’activité économique bretonne.

L’agriculture et l’élevage

Après Nouvelle Aquitaine, la Bretagne est la 2è région agricole française en termes de valeur de production.

On note 4 catégories principales de production bretonne :

  • les productions végétales constituées de Choux-fleurs, Artichauts, Maïs fourrage et ensilage, Tomates, Maïs grain, Blé tendre, Orge et escourgeon, Pommes de terre ;
  • le lait produit en millions de litres livrés à l’industrie ;
  • les productions animales telles que Porcs, Dindes, Poulets de chair et coquelets, Lapins, Veaux, Canards, Gros bovins ;
  • les productions d’œufs des élevages professionnels et d’œufs de consommation.

 

La pêche, une particularité bretonne

Première région de pêche de France, la Bretagne connaît une concentration croissante en matière de tonnage, de valeur des pêches débarquées et de commercialisation. Tous les types de pêche y cohabitent. On y retrouve également les principales espèces de poissons, crustacés et mollusques.

7217 emplois en mer et dans la conchyliculture (élevage de palourdes, huîtres, coquillages comestibles, moules, coques, etc.), c’est ce que représente la pêche et l’aquaculture en Bretagne. De plus, 78 établissements employant 4379 actifs assurent la transformation des produits de la mer.

Des secteurs industriels phares

La Bretagne fait partie des rares régions françaises où l’emploi industriel n’a cessé de progresser depuis 1980. Celui-ci est axé autour de 4 principaux secteurs d’activités.

L’agroalimentaire : 1er secteur industriel breton

L’agroalimentaire occupe 33.8 % des entreprises et 1/3 des emplois industriels en Bretagne. Depuis 25 ans, le secteur a connu un essor incontestable avec la transformation des protéines animales (poissons, viandes, lait), la production légumière et l’alimentation animale.

L’automobile

Dans les années 1960, l’implantation de Citroën dans l’agglomération de Rennes a entraîné l’essor de l’industrie automobile dans la région bretonne avec un important réseau d’équipements et de sous-traitants. Ainsi, la filière véhicule bretonne se distingue par son expertise et ses savoir-faire en matière de véhicule spécifique, et ce, sur toute la chaîne de valeur (depuis la conception, l’industrialisation, l’outillage, la fabrication, la logistique, le marketing à la commercialisation).

La construction navale, une tradition bretonne

Ce secteur en pleine expansion constitue la 4è force industrielle bretonne. On y rassemble les chantiers de construction et de réparation navale militaire et civile au service de la pêche, de la plaisance, du transport de passagers et de l’océanographie.

La Bretagne en pointe dans l’électronique et les télécoms

La Bretagne est le 2è pôle national dans les télécommunications et la 5è région française en matière de l’électronique. Il faut noter que l’industrie bretonne s’est construit une notoriété dans ce domaine. Elle s’est construite autour de 3 pôles (Rennes, Lannion et Brest), et ce, grâce à l’implantation de centres de recherche, de groupes industriels français et étrangers, ainsi que de nombreuses PME.

Le tourisme, un secteur en pleine croissance

La Bretagne est en 4è position en France concernant l’accueil de touristes français et en 5è place pour l’accueil de touristes internationaux. Située entre terre et mer avec sa forte attractivité touristique, la région investit sur une économie touristique.

Le secteur tertiaire des services

Ces dernières années, ce secteur a connu un progrès considérable. On note un secteur bancaire performant, une grande distribution très présente, ainsi que de nombreux services aux particuliers et aux entreprises.

Des pôles de compétitivité en Bretagne

Quatre pôles de compétitivité basés sur des filières d’activités fortes se sont affirmés ces dernières années (image et réseaux, mer, aliment de demain, automobile). Une certaine collaboration entre entreprises, unités de recherche et centres de formation permet de favoriser l’innovation au service du développement économique dans des secteurs d’activités majeurs en Bretagne.

Montre plus

Erwan

Un vrai Breton ! J'habite Brest et je suis issu d'une famille très attachée à la Bretagne. Avec mon frère, nous avons décidé de lancer ce site d'actualité mettant en avant notre belle région !

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close