BretagneSociété

Contrôle technique en Bretagne : infos, prix et réglementation !

L’état des véhicules en circulation garantit la sécurité routière. Ainsi, si celui-ci n’est pas apte, le risque d’accident est élevé. D’où la nécessité d’un contrôle technique périodique. La Bretagne, comme toutes les villes de France, est soumise à ce type de contrôle. Le 12 avril 2018, une nouvelle règlementation au niveau du contrôle technique a été mise en place pour diminuer le nombre d’accidents afin de mieux prévenir toute éventualité nuisible à la sécurité routière.

Quelles sont les règles générales d’un contrôle technique ?

Les centres de contrôle technique ainsi que les contrôleurs sont sous la surveillance des agents de la HSV ou Homologation et Sécurité des Véhicules et de la DREAL Bretagne. Leur travail consiste à des visites d’installations matérielles dès l’ouverture des centres et de manière périodique, ils ont aussi pour rôle de superviser les contrôleurs.

Les modalités de réalisation dans les centres de contrôle technique à Mérignac, Rennes, Brest, Guingamp ou toutes autres villes en France dépendent de la nature des véhicules. Par exemple, les voitures particulières et les camionnettes sont obligatoirement soumises au contrôle technique quatre ans après leur première immatriculation et 6 mois au plus tard après l’expiration de ce délai. Pour ce qui est du contrôle technique des poids lourds, ces derniers sont soumis à des régimes plus délicats que ceux des véhicules légers.

Le contrôle technique se porte surtout sur 12 fonctions essentielles :

  • Identification : qui consiste à la vérification de l’immatriculation du véhicule

  • Freinage : vérification du bon fonctionnement des freins

  • Direction : la réponse régulière et instantanée des pneus au volant

  • Visibilité : c’est la netteté des parebrises et des rétroviseurs

  • Éclairage et signalisation : c’est l’efficacité des phares, des clignotants, des feux de détresse, des feux de stop et des feux de recul

  • Liaison au sol : il s’agit de la teneur des pneus et celle de la suspension

  • Structure de carrosserie : concerne la maintenance de l’aspect extérieur du véhicule comme la peinture par exemple

  • Équipements comme les ceintures de sécurité, la stabilité des sièges, les avertisseurs sonores

  • Organes mécaniques : il s’agit de l’état du moteur, des batteries, des radiateurs

  • Pollution et niveau sonore : les véhicules qui émettent trop de gaz à effet de serre et de bruit

  • Gaz : toujours en rapport à la pollution sonore et aérienne

  • Électricité : concernant l’efficacité des équipements électriques

Les nouvelles règlementations de 2018

Quelques dispositions de l’ancienne règlementation ont été révisées afin d’établir plus de sécurité dans la circulation. Cette initiative a été prise pour réduire les accidents de circulation à 50 % en 2020. Voici quelques points qui ont fait l’objet de révision : les freins, la direction, les pneus, l’éclairage, les équipements et autres. Les résultats de ces rénovations sont donc réglementés selon les niveaux de défaillance ci-après :

  • Défaillance mineure : le contrôle aura effet pour une durée de 2 ans et le véhicule doit faire l’objet de réparations nécessaires, mais la contre-visite ne sera point obligatoire

  • Défaillance majeure : le contrôle n’aura effet que 2 mois. Contrairement à la défaillance mineure, la contre-visite sera obligatoire pour le constat des réparations établies

  • Défaillance critique : dans ce dernier cas, la réparation doit être faite le plus rapidement possible, car le contrôle n’est valable que le jour même. Si les réparations n’ont pas encore abouti, le véhicule sera immobilisé.

Selon l’article R323-1 du Code de la route, le défaut de contrôle technique d’un véhicule en circulation, dont la défaillance est majeure ou critique, est puni d’une amende de 4e classe (750 €)

Des révisions sur la durée de contrôle technique sur tout le territoire français sont aussi observées dans la nouvelle règlementation. Le contrôle durera donc plus longtemps qu’auparavant et les prix augmenteront de 15 à 20 %.

Certaines conditions des anciennes dispositions restent quand même inchangées à savoir :

  • La fréquence des contrôles que nous avons déjà susmentionnée

  • Les sanctions du défaut de contrôle qui reste à 135 € plus l’immobilisation du véhicule et le retrait de la carte grise

À combien vaut un contrôle technique dans les grandes villes de France

Le prix est généralement de 75 €, mais varie aussi selon l’emplacement du centre de contrôle technique et les diverses variables telles l’augmentation de 15 à 25 % de la nouvelle règlementation.

Voici quelques indications pour le cas de quelques grandes villes de la France :

  • Le centre de contrôle technique auto à Mérignac qui se trouve en Aquitaine, numéro d’agrément : N° S033C201, dispose d’un tarif qui s’élève en général à 85 € pour tout type de véhicule.

  • Dans la ville de Brest, le contrôle technique est centralisé au TUV DCTA SAS agrément N° S029S051 et le coût de leur service est de 73 €.

  • Quant à la ville de Rennes, le contrôle technique est de 72euros. Le centre de contrôle agrée est le CTARL N° S035Z213

  • Le centre de contrôle technique à Bourg-Lès-Valence propose un prix de 80 € au centre TUV DCTA SAS N° S026S019

  • Le centre de contrôle technique de Montmeyran assuré par EURL JALISAN, agrée au N° S026Z127, présente un tarif compétitif de 7 €.

  • Le contrôle technique à Nîmes est le plus moins cher avec 60 €.

Pour ce mois de mai, une réduction allant jusqu’à 49 % sera accordée à certains véhicules dans toutes ces villes de la France.

Comment bien assurer son contrôle technique auto

Pour un contrôle technique sans échec et sans soucis, il est nécessaire de prendre quelques précautions et veillez à :

  • Vérifier les pneus : en effet, les pneus sont les premières causes d’une contre-visite de véhicule en général. Une soudaine première aperçue peut faire apparaître le mauvais état des flancs, suite aux collisions sur la route. À part cette dernière, il y a aussi l’usure excessive qui se détecte grâce à l’absence des rainures sur les pneus. Dans ce cas les pneus doivent être renouvelés. Pour un bon équilibre, il faut obligatoirement changer les deux pneus de même axe en même temps.

 

  • Contrôler les feux : les contrôleurs effectuent aussi le plus souvent des visites sur les feux ou les clignotants défaillants. Veillez à faire un test de tous les feux du véhicule. Pour plus d’assurance, faites-le avec une autre personne pour vous guider de l’extérieur.

  • Examiner les freins : l’état des freins est le troisième motif le plus familier à la contre-visite. Avant le contrôle technique, tâchez de faire un long trajet avant d’effectuer un freinage normal. C’est pour permettre au moteur de tourner à la perfection. Avec un véhicule à percussion, ayez l’habitude de tirer le frein à main à chaque arrêt.

  • Faire attention aux réglages : les nouveaux appareils qui mesurent la hauteur du faisceau sont de plus en plus précis. Il devient donc particulièrement délicat de régler son faisceau soi-même. Gonflez les pneus à la pression positive avant le réglage, pour un même gonflage le jour du contrôle technique. Si vous changez des ampoules, placez les biens dans le bon sens.

Le contrôle technique à Merignac , Rennes, Brest, Guingamp ou toutes autres villes en France est obligatoire et surtout réglementé par le Code de la route. Il a été privatisé pour moins de défaillance dans les procédures. Chaque centre de contrôle a ses tarifs, il vous suffit de contacter celui de votre ville.

Montre plus

Erwan

Un vrai Breton ! J'habite Brest et je suis issu d'une famille très attachée à la Bretagne. Avec mon frère, nous avons décidé de lancer ce site d'actualité mettant en avant notre belle région !

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close