Bretagne

Comment reconnaître un vrai breton ? Avec un peu d’humour

C’est toujours bien d’avoir une petite idée sur les identités culturelles ou origines de ses connaissances. Cela facilite les relations et vous permet de savoir comment agir et réagir en leur présence. En effet, on rencontre beaucoup de personnes de divers horizons quand on sort de chez soi. Mais les circonstances ne permettent pas toujours d’approfondir les relations avec les personnes qu’on rencontre. On aurait par exemple aimé connaître leur origine, leur dialecte maternel, bref un peu plus sur leur personnalité. Mais on n’en a pas toujours l’opportunité. Cet article vous permettra de vite démasquer ceux qui sont des Bretons parmi vos connaissances.

Voici quelques astuces qui vous permettront de reconnaître à coup sûr un Breton.

Le fameux Gwenn Ha Du

le breton ne bouge pas sans son Gwenn Ha Du surtout quand il s’agit d’une manifestation sportive ou culturelle. Il le brandit tout fièrement dans les grands rassemblements tels que les marches, un concert de rock, un match de hand, etc. Si vous voyez un Gwenn Ha Du levé quelque part, sachez qu’il y a un breton dans les parages.

Le prénom et le yec’hed mat

On reconnaît également les Bretons à leur prénom. Les prénoms bretons sont tout à fait différents. Leur particularité est surtout le tréma. Ils sont un peu plus bizarres à prononcer avec des terminaisons du genre ann, enn, an, ec, ry… Dans la bouche des Bretons, ça sonne comme un rapide gribouillis. Mais c’est tout à fait amusant de donner un pareil prénom pour son garçon : Gwenn, Erwann, Yann, Ronan, Breizh, Roazhon, An Oriant, Lambezellec, Gwenrann, Nolwenn, Gaël, Briac, Gwenaigue, Fanch, Liam, Arwen, Loïc, etc. C’est original.

Santé, tchin, etc., le breton s’en fout pas mal. Pour trinquer il prononcera toujours « yeretmat » pour dire yec’hed mat. C’est sa façon de souhaiter bonne santé à ses convives.

Le beurre salé

Le breton est le seul à faire un scandale quand on lui sert autre chose que du beurre salé. Selon lui c’est inimaginable de prendre du beurre sans sel. Le sel est primordial pour le bien-être iodé, dira-t-il. Si vous avez des amis bretons, n’osez jamais leur servir du beurre sans sel. C’est carrément un manque de respect voire un affront.

Une averse c’est juste trois gouttes de pluie

Pour le breton, il ne pleut que sur les cons. On les entend souvent dire « quoi ? Ce petit crachin ? Mais il est où le problème, t’es pas en sucre que je sache ! ». Il se fout pas mal de la pluie, de toutes les manières il ne considère pas la pluie comme une vraie pluie. Donc il sort gaillardement sous la pluie. Vous ne le verrez jamais d’accord pour annuler un festival, ou une virée quand il pleut. Dans son vocabulaire de la pluie il n’y a que :

  • Crachin ;
  • Brume ;
  • Pleuvoter ou pleuvioter ;
  • Crachoter ;
  • brise.

La Bretagne c’est sa fierté

Le breton est très fier de ses origines. Il pourrait passer des heures à vous vanter les merveilles de la Bretagne. Il n’y a pas plus bel endroit au monde vous dira-t-il. Il semble très attaché à ses terres. Où qu’il soit il a la nostalgie de sa culture, sa gastronomie, ses habitudes, etc. Mais c’est toujours lui qui passe son temps à râler une fois de retour au bercail.

Sa fierté peut cependant rapidement virer à de l’arrogance et la moquerie pour les raisons suivantes :

  • les autolibs portent l’immatriculation 29 ;
  • le granit qui supporte l’obélisque est breton ;
  • À la porte de Versailles, vous verrez toujours un stand Bretagne ;
  • Deux arrondissements de Paris sont exclusivement bretons ;
  • Une Maison de la Bretagne ;

Votre ami breton peut vous agacer rien qu’en parlant de ces faits élogieux.

Tu n’as pas plus de marinières que le breton

Si tu ouvres le placard d’un breton, tu y trouves à coup sûr une collection de marinières. Ils en possèdent tout au moins une vingtaine et au moins une pour chaque saison : marinière coupe-vent, marinière plage sans manche, marinière doudou pour l’hiver, marinière cashmere pour l’automne, etc.

Une plage en Bretagne c’est comme une île paradisiaque

En Bretagne, il existe des plages fabuleuses : eau claire turquoise, sable mouvant et fin, îlots, etc. Mais le breton ne vous le dira pas pour éviter de se faire envahir.

Collection de « breizh bols »

On l’a dit plus haut, le breton tient énormément à ses origines. Tu le verras collectionner les bols bretons de toutes les époques (vintage, moderne, originale, typographie glamour, coloré, etc.) chez lui. Il en achète même pour son chat.

L’eau de 17° n’est que de l’eau chaude

Le breton trouve que l’eau de 17 degrés est bonne et invite ses amis à s’y baigner avec lui. Ce n’est pas étonnant qu’il participe au bain traditionnel du 31 décembre à Dinard. C’est un personnage qui surpasse ses limites en termes de météo. Il maîtrise du bout des doigts les horaires, les coefficients de marée de même que la météo marine. D’ailleurs, il préfère se baigner quand la mer est haute. Les Bretons aiment la mer et la cherchent dans tout leur voyage.

Le biniou est crucial pour son mariage

Il n’y a pas de vrai mariage breton sans biniou. C’est pourquoi le breton invite les musiciens biniou pour toutes les cérémonies de mariage. Il fait une nette différence entre la cornemuse et le biniou. Aucune confusion ne doit être faite entre un cercle, une bombarde et un biniou. Pour qu’une fête soit complète, il est essentiel d’ajouter une partie de Fest-Diez (fest-noz) et des chants bretons. Le breton insiste également sur le pluriel de fest-noz qui se dit festou-noz.

Kouign-Amann

Pour un Breton, c’est inconcevable qu’un marché digne du nom ne vende pas des galettes saucisses et ne se termine pas par un Kouign-amann.

Le bleu et le breton c’est une histoire d’amour

Le breton adore le bleu. Il lui reste fidèle et n’en aime pas une autre. Que ce soit dégradé, marine, ciel, clair, océan, orage, pâle, le breton utilise abondamment le bleu dans ses décorations et dans sa garde-robe.

Les galettes bretonnes, personne n’en fait mieux que le breton

Le breton cuisine ses propres galettes à la maison. Il ne se gêne pas pour aller à la crêperie. Il s’amuse même à ajouter la petite touche de beurre salé comme on le fait au resto.

Le breton est bilingue

Quand il grandit en Bretagne, il choisit souvent l’option « breton » en cours. Mais s’il a vécu ailleurs, il garde néanmoins un vocabulaire enrichi des expressions qu’il a apprises dans son enfance.

Le cidre c’est de l’eau

Il est hors de question de prendre le cidre comme un apéritif en Bretagne. On préfère plutôt le kir breton. Quant au cidre, on le sert durant le repas comme de l’eau simple, et surtout dans un bol. Pour le breton, le meilleur cidre est celui qui présente un aspect ignoble ou dégueulasse. Le vrai cidre est à l’état brut ; et très peu de Normands savent le faire.

Le breton aime parler son dialecte

Même s’il n’en connaît généralement que deux ou trois trucs, le breton adore glisser de temps en temps des expressions bretonnes (du genre kenavo) dans ses conversations pour enquiquiner son interlocuteur. Le plus marrant c’est qu’il le répète indéfiniment et fréquemment. Néanmoins, il reste convaincu que le breton est une vraie langue et non un patois.

Le breton est drôle

Avec un sourire béat sous son « crachin », sa bolée de cidre et ses quelques expressions bretonnes, le breton a toute la carrure qu’il faut pour vous faire pouffer de rire. Les Bretons sont généralement sympas avec des « donc » à chaque coin de phrase. Ils sont tellement rapides en parlant qu’on a l’impression qu’ils batifolent ou bredouillent. En effet, un Breton parle en moyenne trois fois plus vite que la plupart des Français en avalant la fin des mots en -ble. Par exemple, capab’. On identifie également un Breton à son autocollant « in kig ha farz we trust ».

Il est câblé sur l’actualité bretonne

Même s’il s’exile à Paris, il reste proche de sa terre natale. Il se tient informé de toutes les actualités bretonnes par le biais des médias et des réseaux sociaux. Sur Twitter il s’abonne à Ouest-France, met des j’aime sur Telegram, maîtrise le nom des élus de sa région, regarde assidûment Thalassa, etc. Le breton adopte le principe « loin des yeux, mais proche des siens ».

Montre plus

Erwan

Un vrai Breton ! J'habite Brest et je suis issu d'une famille très attachée à la Bretagne. Avec mon frère, nous avons décidé de lancer ce site d'actualité mettant en avant notre belle région !

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close